Bookcrossing : comment et pourquoi.

Bonjour !

Aujourd’hui je vais vous parler du Bookcrossing ! Pourquoi je le fais, comment je le fais et ce qui me plait dans ce système d’échange de livres. Déjà, j’ai découvert ce système via une boite à livres lorsque je vivais à Olivet (45), près d’Orléans. Souvent en rentrant de mes cours de prépa j’allais voir les livres qu’il y avait, au début, je n’osais pas en prendre et puis à force de lorgner dessus, je me suis décidé à en emprunter quelques un. Mais j’avais honte, je n’en déposais pas, je ne voulais pas me séparer de mes livres, ou alors je les vendais parce que j’avais besoin de sous. Et puis à un moment, je me suis dit, de toute façon je déménage dans quelques mois, les livres que je n’ai pas trop aimé ne seront pas vendus d’ici là, alors autant les déposer. Et c’est comme ça que j’ai commencé le bookcrossing.

Pourquoi déposer ses livres de manière gratuite dans ces boites à livres ou dans les lieux publics ? Pour plusieurs raisons :

Déjà, j’ai grandit, ok j’ai pris de l’âge, je ne suis pas vraiment grande ! Et donc je suis devenue un peu plus mature, j’ai commencé à réfléchir à “pourquoi vendre mes livres 90 cts sur priceminister avec plus de 2€ de frais de port alors que je pourrais les partager gratuitement avec des gens qui aimeraient lire mais qui n’ont pas les moyens d’acheter un livre…” Donc voilà, une des raisons qui m’ont poussé à faire du bookcrossing c’est le prix initial des livres, même en poche. Certaines familles n’ont pas les moyens de mettre 6€ dans un poche, c’est un luxe la lecture. Avec 6€ on peut faire un repas pour deux au moins, et il vaut mieux nourrir sa famille que se permettre le luxe d’acheter un livre. Vous allez me dire “mais il y a les bibliothèques !”, c’est vrai, dans les petites villes / villages, l’adhésion n’est pas très chère mais quand on habite la campagne profonde, ça veut dire prendre la voiture, et donc utiliser de l’essence qui coute un bras, on ne va pas se mentir, quand je vois 60€ un plein d’essence, ça me donne encore moins envie d’avoir une voiture. En plus ça pollue, et je suis un tant soit peu écolo…
Ensuite j’ai envie de partager mon amour pour la lecture ! Partager des livres qui m’ont plu et que j’ai en double, des livres qui m’ont moins plu ou même déçu mais qui trouveront sûrement quelqu’un qui les aimera, parce que, heureusement, nous n’aimons pas tous les mêmes choses. Par exemple j’ai en horreur Lévy et Musso, mais certains adorent, j’avoue je les juge un peu d’aimer ces auteurs ultra-méga-commerciaux qui d’après une légende, pour l’un des deux en tout cas, n’écrit pas ses livres. Mais l’important c’est de prendre plaisir à lire après tout alors, si ça leur plait c’est le principal, tout ça pour dire que quand on me donne un Musso, je le dépose directement quelque part pour qu’il trouve une famille aimante.
Pour finir, on ne va pas se mentir, c’est un excellent moyen de communication. Parce que oui, je reste quand même une commerciale au fond de moi, du coup je dépose ces livres avec des petits mots dessus et un post-it à l’intérieur avec mon blog et mes réseaux sociaux. Ne vous méprenez pas non plus, je ne fais pas la courses aux followers et aux vues, mais c’est quand même grâce aux nombres de vues sur mon blog et au nombre de followers sur Instagram que je reçois des livres gratuitement, surtout de jeunes auteurs auto-édité, vous savez que je les adore, et que j’adore les partager avec vous. Oui, je n’ai pas cherché à démarcher les grosses M.E. pour des S.P. trop de flemme en moi pour l’instant. Oui, j’ai juste à écrire un mail, mais quand même, la flemme ahah.

Comment et où je les dépose :

J’ai énormément de livres comme vous le savez, du coup j’ai fait un tri dans ma bibliothèque, je me suis rendu compte que j’avais des livres en double, notamment des classiques, des livres que je ne lirais finalement pas et d’autres qui ne m’ont pas assez plu pour les garder dans ma bibliothèque. C’est ceux là que je met dans les lieux publics. Certains ont été lu mais ont quand même un aspect neuf, certains sont en poche et d’autres en grand format, du coup, je ne sais pas trop si ça se fait ou pas, mais j’écris au stylo sur la page du titre que le livre fait l’objet d’un bookcrossing et qu’il n’a pas pour vocation à être vendu. J’ajoute que si il a plu, il peut être gardé, sinon il doit être redéposé quelque part pour continuer à le faire voyager  Ca peut paraitre un peu bâtard mais ça m’ennuierait que des gens se fassent de l’argent sur le dos des livres que je donne, c’est pour cela que j’écris ce mot. Où je les dépose ? Soit dans les boites à livres des villes où je suis, actuellement je suis à Chartres donc j’en dépose là-bas, soit dans les lieux fréquentés comme sur les bancs des gares, dans les trains, dans des cafés, etc. Je ne les dépose en extérieur si il ne fait pas beau, je ne voudrais pas non plus noyés les livres.

Ce que j’aime dans ces échanges :

Déjà, le côté poétique, romantique, romanesque de tomber sur un livre avec un petit mot du lecteur précédent. Je trouve que tomber sur les petits mots laissés dans les livres c’est un peu comme découvrir une infime partie d’une personne qui se livre à nous à travers ce livre. Je vais trop loin ? Oui peut-être. J’aime aussi y déposer une petite partie de moi à travers les petits mots que j’y met, d’ailleurs, quelqu’un a trouvé un de mes livres sur le banc d’une gare de Chartres, il m’a envoyé un petit mot sur Facebook, super adorable. Et rien que pour ça, je vais continuer à échanger des livres en bookcrossing. Et puis, la lecture, c’est fait pour être partagé non ?

Et vous, vous pratiquez le bookcrossing ? Pourquoi ? dites-moi tout. Si non, vous ai-je convaincu ?

D’ailleurs, je me suis dit que nous pourrions partager nos expériences sur les réseaux sociaux avec le #BookCrossingFR aussi bien si on trouve un livre ou en dépose un, ou même plusieurs d’ailleurs.

7 Replies to “Bookcrossing : comment et pourquoi.”

  1. Merci beaucoup pour cette découverte =)

    1. LesPetitsCarnetsDABL says: Reply

      C’est un plaisir 🙂

  2. J’habite paris et j’ai pas de boites à livre, comme depuis 3 ans j’ai une liseuse j’achète peu de livres. Juste ceux que je voudrai garder en papier pour les relire.
    Du coup j’en laisse pas sur des banc ou autre lol
    J’en ai encore jamais croisé dans le métro de livres abandonnés.
    Pour le moment je prend ma voiture pour aller bosser, mais bientôt je reprendrai les transports.
    Pour lire j’emmènerai ma liseuses.

    1. LesPetitsCarnetsDABL says: Reply

      Ah ouais ? Y en a pas à Paris ? Quand je monterai sur Paris en septembre, j’en laisserais dans le métro (si je le prend, parce que je déteste ça)

  3. J’en fais un peu, mais ca dépends du lieu ou tu habites. J’habite dans une petite campagne, mais quand je viens sur paris ca me fait toujours plaisir de déposer les livres que je ne relirais pas et qui non pas été un coup de coeur pour que je les garde.

  4. Ecoute tu m’as convaincue car certains de mes livres ne se vendent pas à Gilbert (librairie d’occasion) donc autant en faire profiter les autres. J’ai donné quelques livres à des amis qui adorent lire mais n’achètent que rarement des livres mais les prochains oui pourquoi ne partiraient-ils pas en balade 🙂
    Super article en tout cas. Merci pour ce partage.

    1. LesPetitsCarnetsDABL says: Reply

      Super ! Je suis contente si je t’ai convaincue. Tu m’en diras des nouvelles. N’hésite pas à partager ton expérience avec moi et les autres sur les réseaux sociaux. 🙂

Leave a Reply