Comment tu parles de ton père – Joann Sfar

9782226329776-x

Titre : Comment tu parles de ton père
Auteur : Joann Sfar
Maison d’éditions : Albin Michel
Prix broché : 15€
Prix e-book : 10,99€

Quatrième de couverture : “Papa est né l’année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933. C’est l’année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C’est l’année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c’est pas rien.” Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un père comme André Sfar. Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le kaddish de Joann Sfar pour son père disparut. Entre rire et larmes.

Mon avis : Vous savez que j’ai espéré ne pas aimer ce livre, déjà parce que je ne le savais pas encore, ne connaissant pas l’auteur, mais il parait que c’est un “connard” pardon monsieur mais beaucoup de vos confrères ne vous aiment pas, ce n’est pas un secret. Et le fait qu’on m’ait dit : “Il n’a pas voulu dédicacer ton livre parce que tu n’étais pas là” m’a refroidit quoi… Bossant sur un autre stand lors du livre sur la place, je n’ai pas pu rencontrer Joann Sfar. J’espère donc, que ce n’est que partie remise ! Revenons en au livre ! Je l’ai pris parce que j’ai bien aimé le “tonton Adolf” sur la quatrième de couverture, c’est comme ça que j’appelle Hitler, non pas que je cautionne ce qu’il a fait, mais pour relativiser. Je relativise trop les choses ? Certainement. J’ai également pris ce livre parce que, j’aime beaucoup cette période de la seconde guerre mondiale, et j’aime bien ce qui se rapporte à la religion juive, forcément, quand on s’intéresse à la WWII, on est assez sensibles à tout ça. Donc oui, si son père n’avait pas été juif, je n’aurais certainement pas pris la peine de m’intéresser à cette histoire.
Evidemment, parler de la mort de son père est aussi un prétexte pour parler de lui. Du coup, on découvre l’enfance de Joann Sfar, (Il faudrait que je tente les Bds qu’il a dessiné d’ailleurs). On a le droit a des anecdotes marrantes, tant lorsqu’il était enfant que lors du décès de son père, notamment les jeunes femmes des pompes funèbres ultra sexy, ça m’a bien fait rire. Mais pas que, je vous mettrait les passages qui m’ont plu, plus bas dans l’article. Je trouve que c’est un bel hommage, que d’écrire un livre sur une personne que l’on a aimé et que l’on aime encore, est-ce que ça aidé Joann Sfar à faire son deuil ? Peut-être, en tout cas, c’est finalement un beau roman sur sa vie, son père, et sa religion, pas si présente que ça finalement, enfin si, mais c’est pas étouffant, c’est pas un récit religieux. Donc si vous souhaitez vous immiscer un peu dans la vie de ce dessinateur, ce livre est pour vous.

Quotes :

“- Alors, pépé, je devrai passer ma vie à faire attention ? A faire des examens ? Tu me feras regarder le cerveau ? pépé ?
– Non ! Jamais ! Dès qu’on regarde dans un cerveau, on trouve des dizaines de choses qui ne vont pas. En fait, tout le monde a des lieux de fragilité dans les vaisseaux de la tête. Il faut juste vivre ta vie. Si au moins ça t’apprend à ne pas te laisser embêter. Chaque jour doit compter.”

“Se sentir juif ou musulman ou chrétien, c’est décider qu’il existe des peuples et c’est le début de la guerre qui ne se terminera que par l’extermination des uns par les autres.”

5 Replies to “Comment tu parles de ton père – Joann Sfar”

  1. […] Alors j’ai lu, comment tu parles de ton père de Joann Sfar chez Albin Michel, le livre qui n’a pas pu m’être dédicacé au livre sur la place. Je vais pas faire long dessus, je vous avais écris un article dessus sur le blog. […]

  2. Un livre que je ne lirais pas mais j’ai bien aimé ta chronique.

    1. LesPetitsCarnetsDABL says: Reply

      Oh, et pourquoi ne le lirais-tu pas ? 🙂

  3. J’ai beaucoup aimé l’humour et la sensibilité de Joann Sfar dans ce livre à cœur ouvert. C’est un très bel hommage qu’il offre à son père. Pas de drama, juste les pensées d’un homme rempli d’amour pour son père et sa famille.

    1. LesPetitsCarnetsDABL says: Reply

      Oui, j’ai vu ton article. Mais je ne parviens pas à poster de commentaire… Et pas que sur ton blog, sur tous… Je ne sais toujours pas pourquoi…

Leave a Reply