Inhumaines – Philippe Claudel

Titre : Inhumaines
Auteur : Philippe Claudel
Maisons d’éditions : Stock

Quatrième de couverture :

“Nous sommes devenus des monstres. On pourrait s’en affliger. Mieux vaut en rire.”

Mon avis : Déjà, j’aime beaucoup Monsieur Claudel, auteur que j’ai pu apercevoir au livre sur la place à Nancy, et avec qui nous avions déjeuner lors du Prix Landerneau. Je ne m’attendais pas du tout à un roman pareil. Phrases très courtes, relativement vulgaires mais surtout dans l’ère du temps. Bref, je n’étais pas habituée à ça de la part de cet auteur.

Pour moi Philippe Claudel décrit notre société actuelle dans ce livre, en plus exagéré. Une société où l’on retrouve l’amour-kleenex, où les SDF morts dans les rues de Paris sont devenus des oeuvres d’art qui s’arrachent à un bon prix, où on se fait justice soit-même, où le suicide est devenu quelque-chose de festif, où le cul est devenu un nouveau “vivre-ensemble”, où la vie n’a plus vraiment de valeur, tout se remplace, tout s’achète, rien n’est indispensable. Bref, un roman bien triste écrit avec humour sur une société qui tend à devenir vraiment Inhumaine (?)

Quotes :

“Ma mémoire est exténuée. J’ai acquis cinq ordinateurs dont les disques durs ont une infinie capacité de stockage. A quoi bon se souvenir. Les machines sont là pour ça.”

“Car j’aime les autres. Profondément. Que serait notre bref passage sur terre si nous ne consacrions pas un peu de temps et d’amour à nos semblables.”

“Sa main orpheline de ses doigts laissait une longue trace rouge sur la chaussée. C’était très beau. Comme une peinture contemporaine incompréhensible et hors de prix.”

Leave a Reply