Un Goût de Cannelle et D’Espoir de Sarah McCoy


Culture, Littérature / mardi, mars 27th, 2018

Hello,

Aujourd’hui je reviens sur le blog pour vous parler d’un livre, qui, je vous préviens tout de suite, est juste magnifique.


Titre : Un Goût de Cannelle et d’Espoir
Auteur : Sarah McCoy
Editeur : Pocket
Nombre de Pages : 507
Date de publication : 02.04.2015

Partenariat : Non

 

Disponible chez Pocket 

 




Résumé
(pris sur le site Lisez.com) : “Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l’armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d’insouciance. Jusqu’à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps…
Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d’une pâtisserie allemande, celle d’Elsie… Et le reportage qu’elle prépare n’est rien en comparaison de la leçon de vie qu’elle s’apprête à recevoir.”



J’ai eu ce livre pour Noël ou pour mon anniversaire. Je ne sais plus quelle personne de ma famille ou belle-famille me l’a offert (j’ai eu tellement de livres de la part de tout le monde aussi…). Peu importe. Ce livre me tentait beaucoup, déjà parce que c’est sur la deuxième guerre mondiale, et vous savez tous ici que j’ai un amour particulier pour les romans qui traitent de la seconde guerre mondiale et ensuite parce que la petite bouille de l’enfant sur la couverture est trop chou. Oui, je ne savais pas vraiment ce que j’allais lire, juste que c’était dans la période de la WWII, c’est déjà pas mal hein ?

Si on parle un peu plus du contenu du livre, je dois dire que je l’ai aimé dès la première page je crois. J’ai trouvé ce roman très doudou dès le début. Le fait que ce soit construit en deux parties qui se chevauchent, une sur la période de la Seconde Guerre Mondiale et plus précisément sur le Nazisme en Allemagne et l’autre sur l’époque actuelle (2008) où Reba, une journaliste cherche à faire son article sur les différentes façons de fêter Noël dans le monde est très agréable. Le lien ? Reba va interviewer la boulangère allemande, Elsie, de sa ville du Texas pour son article sur les fêtes de Noël. Cette femme, attachante, très courageuse au passé terrible n’a rien à lui raconter, elle ne se souvient que de Noël pendant la guerre ; c’est comme ça que Reba va découvrir le passé d’Elsie.

On va découvrir une Elsie, jeune femme de 16 ans, oui jeune femme parce qu’en temps de guerre, on grandit plus vite malheureusement, qui vit dans une famille pas vraiment nazie mais qui soutient le mouvement. Malheureusement, beaucoup de famille de classe moyenne et peut-être inférieure soutenait le mouvement simplement parce que c’était leur pays, sans savoir réellement ce qui se tramait. Ce livre nous montre un autre aspect de cette période, un aspect qu’on oublie souvent en tant que “vainqueurs” de cette guerre ; la vie des familles en Allemagne pendant cette guerre qui n’étaient pas des familles de gros riches nazis mais des familles comme la mienne ou la vôtre. Ne l’oublions pas, tous les allemands durant cette guerre n’étaient pas partisans de la doctrine et la grande majorité cherchait à survivre…

Du coup, on va découvrir la vie d’Elsie, de son adolescence à son décès. Une adorable personne qui va changer en quelque sorte la vie ou du moins la façon de voir les choses de Reba. Dans ce roman on s’attache énormément aux personnages, on a souvent faim et on a envie d’être dans cette boulangerie du Texas pour écouter toute cette partie du passé.

Un livre qui fait du bien tant au coeur qu’au moral, plein d’émotions, d’amour, de tendresse, de bienveillance et d’Histoire. Un roman très bien construit, très bien écrit et donc très bien traduit. Un roman d’une 500aine de pages que l’on ne voit pas passer et que l’on a pas envie de quitter.


Coup De Coeur. 

 




Deux passages notés pendant ma lecture :

“Tu te souviens de ce que maman disait toujours quand nous étions petites ? Si tu aimes vraiment quelqu’un, tu le suis où qu’il aille, tu abandonnes tout ce que tu as, même ta vie.”

“Personne n’est mauvais ou bon par naissance, nationalité, ou religion. Au fond de nous, nous sommes tous maîtres et esclaves, riches et pauvres, parfaits et imparfaits.”

 



Et vous, avez-vous lu ce livre ? Dites-moi en commentaire ce que vous en avez pensé. Et si vous ne l’avez pas lu, avez-vous envie de le lire ? 

 

Annabelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.