Dieu me déteste – Hollis Seamon


Culture, Littérature / mardi, mai 8th, 2018

Titre : Dieu me déteste
Auteur : Hollis Seamon
Maison d’éditions lue : Editions 1018
Nombre de Pages : 235
Date de publication : 05/2015

 

 

Partenariat : Non

 

Note : ❤❤❤❤/5

 



 

Quatrième de couverture (pris sur lisez.com) : “New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu’il ne fêtera pas ses dix-neuf ans, mais il a une furieuse envie de vivre ! Et d’embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302… Contre la montre, le corps médical et sa famille toquée, ce Roméo casse-cou décide donc de flamber ses derniers rêves. Jusqu’à jouer son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort…
Ce roman bouleversant offre une leçon d’humour ravageuse et une extraordinaire leçon de vie.”



Ca y est ! Je me remets à lire et à vider ma lourde PAL ! Ca fait du bien ! Je vous assure. Je me sens tellement mieux à épurer ma bibliothèque. Enfin bref. J’ai attrapé ce lire au hasard sur une étagère de ma bibliothèque. Je n’ai pas lu la quatrième de couverture, je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais je ne m’attendais pas à ça. En voyant la couverture je me suis dit que ça allait parler d’un truc un peu à la Bridget Jones, mais non. On y parle bien d’hôpital, d’amour et de mort. Ca donne envie hein ? Et bien oui ! Ce roman est super ! Je ne m’attendais pas à le dévorer si rapidement.

Déjà, c’est une lecture très facile au niveau de l’écriture mais l’histoire est vraiment géniale. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Richard, sa famille, le corps médical et de la jolie Sylvie. Le sujet n’est quand même pas facile. On y parle de la maladie, et en particulier de la maladies de deux ados. Sylvie a 15 ans et Richard 17. On imagine pas qu’on puisse mourir à cet âge, ce n’est pas possible normalement. Les jeunes sont invincibles ! Mais non, ce roman nous rappelle à la réalité. Celle où tout le monde ne verra pas sa majorité. On découvre comment on s’occupe de deux ados en soins palliatifs, tout à fait conscient qu’ils vont bientôt mourir. Enfin, on découvre… On découvre en même tant que le personnel médical, comment s’occuper de deux ados qui vont mourir mais qui se plaisent. Est-ce qu’il faut les laisser se draguer ? Laisser une chance à leur histoire d’amour ? C’est tellement mignon, mais ça implique d’autres choses, une histoire d’amour adolescente, ce n’est pas que des petits bisous. Ce n’est pas parce que nous sommes aux soins palliatifs qu’il n’y a plus de désir, plus de libido… Alors que faire ? Fermer les yeux au risque de perdre son boulot ? Mais en même temps, les ados, ça fait des bêtises, malades ou non, comment être toujours derrière eux à les surveiller ? Pas facile. Du coup on suit ce Richard avec beaucoup d’admiration et de joie. Cet ado est plein d’humour, d’auto-dérision est toujours prêt à faire les 400 coups malgré qu’il voit le moment fatidique arriver un peu plus vite chaque jour.

Comme je vous disais, on suit Richard, sa famille et le personnel médical, pas facile pour les soignants de se dire que ces petits jeunes, à qui ils se sont attachés vont mourir, mais c’est encore moins facile pour la famille. Imaginez un peu, la maman qui quitte son travail pour rester auprès de son fils qui va bientôt mourir, mais quand ? Il a l’air tellement plein de vie malgré qu’il soit maigre, qu’il ne mange plus. Comment faire face à ses enfants qui veulent vivre, qui ont la rage de vivre mais pour qui le destin en a décidé autrement…? Plein de questions malgré tout dans ce roman.

Un roman drôle, avec des personnages attachants malgré le sujet ! Le seul truc qui m’a déçue c’est de ne pas vraiment avoir de FIN. Mais bon, ce n’est peut-être pas plus mal. On peut imaginer à notre guise.

 



 

“Parce que l’amour accomplit des miracles, pas vrai ?”

 



 

Avez-vous lu ce roman ? Vous avez aimé ? Dites-moi tout en commentaire.

 

A bientôt,

Annabelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.