Quand On Parle de Lou – Julie Gouazé


Culture, Littérature, Nouvel article / samedi, octobre 13th, 2018

Titre : Quand On Parle de Lou
Auteur : Julie Gouazé
Maison d’éditons lue : Belfond

 

Retrouvez la fiche du livre sur lisez.com

 

Nombre de pages : 152
Date de publication : 04 octobre 2018
Partenariat : Oui / Non

 

Note : ❤️/5

 

Quatrième de couverture (prise sur lisez.com) : “« Elle s’appelle Lou et demain elle change de tanière. Elle prend ses louveteaux dans sa gueule pour les emmener ailleurs. Elle défait son couple. Elle déconstruit sa famille. Elle va bâtir sa vie. »

C’est avec le cœur serré mais une volonté de fer au fond de sa poche que Lou quitte Marc, l’homme de sa vie. Elle part avec leurs deux enfants. La rage au ventre, elle subit les assauts du monde extérieur devenu féroce. D’abord à terre offrant sa gorge à la morsure, Lou, devenue chef de meute, petit à petit renaît. Puis elle tombe à nouveau amoureuse. D’une femme.
Comme dans un conte pour enfants, faussement naïf et terriblement cruel, Julia Gouazé livre avec force et authenticité le combat de Lou contre l’homophobie, révélant le courage de tout laisser derrière soi alors que l’on avait tout pour soi.”


Comment vous dire quand j’ai vu la publication des éditions Belfond sur leur compte instagram j’ai eu envie de lire ce livre ! Du coup, quand je l’ai reçu je me suis dit : “chouette il est court en plus, j’abandonne ma lecture en cours pour celui-ci !”. Que n’ai-je pas fait là. Je suis désolée mais je vous ai toujours dit que si je n’aimais pas un livre, même si c’est un partenariat, je vous le dirais. Alors je vous le dis. Je n’ai pas aimé du tout du tout ce livre !

En fait, il manque cruellement de sentiments, d’émotions… Sûrement à cause de l’écriture à la troisième personne du singulier mais pour un sujet de rupture avec ensuite une relation homosexuelle et le tout avec des enfants, il faut de l’émotion. Là non. La nana elle quitte son mari bien évidemment riche, s’installe dans un appartement plus petit avec ses enfants en plein coeur de Paris et rencontre une autre nana, et elles se mettent ensemble. Ok. Très bien. Pourquoi pas. Mais on nous parle assez peu de ces enfants… Attention SPOIL : A un moment elles vont à l’hôtel faire leurs petites affaires et personnellement du début du livre à ce moment là, j’ai cherché des nouvelles des enfants. Non aucune. Ok. En fait ils réapparaissent pour trouver ça normal que maman soit avec une fille et ils demandent même a avoir un nouveau petit frère / soeur.

Qu’on se le dise, j’ai toujours défendue la cause homosexuelle. Chacun fait ce qui veut, chacun aime qui il veut, on tombe amoureux d’une personne et non d’un sexe. Mais en ce moment c’est carrément à la mode l’homosexualité. Alors oui, il faut aborder le sujet des sexualités. Evidemment. Mais NON il ne faut pas essayer de percer sur twitter avec des : “Je suis trans, je l’ai avoué à mon père, il m’a mit à la porte, je cherche un logement qui accueille les trans.” Au début, j’étais compatissante et je trouvais ça terrible qu’un parent rejette son enfant pour sa sexualité. Et puis ensuite, ce genre de tweet est arrivé par millier et là, tout ce que ça m’a fait, c’est : les gens écriraient n’importe quoi pour des RT, Fav, Followers.

Bref, pour en revenir au roman, nul doute que l’homosexualité, transexualité etc… vont devenir un sujet à la mode dans la littérature. Et là, c’est comme pour la WWII. J’adore les romans sur la WWII, mais plus ils sont récents plus ils sont, je trouve (avis perso) mauvais (sauf exception). Les auteurs ont compris que la WWII faisait couler de l’argent encore aujourd’hui, beaucoup de personnes sont friandes de romans de guerre et de cette époque. Du coup, j’en lis des récents, des moins récents et ce sont toujours dans les moins récents ou les plus anciens que j’y apprend le plus de choses, que je lis avec passion tandis que les plus récent sont à mon sens qu’un roman écrit pour l’argent facile, qui n’apportent rien de plus à l’Histoire, qui n’apporte rien de nouveau niveau littérature et connaissances. Bref, des romans contemporains sur cette partie de l’Histoire qui deviennent lassant. Et bien là, c’est pareil, à trop en parler ça me désintéresse tout de suite si on ne me captive pas dès le début, j’ai l’impression qu’on surfe sur un sujet de société tendance pour l’argent et non pour l’intérêt de la cause…

Alors s’il vous plait, parlez de ce sujet, évidemment ! Mais seulement si vous savez de quoi vous parlez, si vous savez en parler, si vous avez quelque chose d’important à dire, un message à faire passer (notamment un message de tolérance, d’acceptation de l’autre), mais arrêtez de faire des romans qui n’apportent rien du tout (même pas du divertissement pour ma part, rien, j’ai trouvé ça plat, inutile.) Un roman qui se veut à la fois intelligent, philosophe mais qui a raté le coche pour me convaincre.



Je vais quand même le donner à ma bibliothèque, peut-être que quelqu’un aimera. Comme on dit, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas.

Je m’excuse déjà auprès de l’auteur qui a peut-être beaucoup travaillé à l’écriture de ce roman, qui connait peut-être cette situation là, je n’en sais rien, je n’ai rien ressenti dans ce roman. Je suis désolée, mais quand je n’aime pas, je n’aime pas avec passion, comme quand j’ai un coup de coeur pour un livre. Votre travail vous tient à coeur et les critiques vous blessent aussi, comme nous, vous êtes humain avec des sentiments et je suis désolée de vous blesser mais fallait que ça sorte cette déception.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.