Contemporaine Culture Littérature

La Fabrication d’un mensonge d’Audrey Diwan

Titre : La Fabrication d’un mensonge
Auteur : Audrey Diwan
Maison d’éditions lue : J’ai lu

Retrouvez la fiche du livre sur Amazon (pas trouvée sur le site de J’ai Lu)

Nombre de pages : 154
Date de publication : 9 avril 2008
Partenariat : Oui / Non

 




Quatrième de couverture :

“Une plongée, fiévreuse et acide, dans l’univers immaculé des boutiques de robes de mariées. Les péripéties, aux allures de road-movie, de deux jeunes femmes que la vie oppose mais que le mensonge réunit.”

 



Personnellement je ne résumerais pas ce livre à sa quatrième de couverture. Pour moi, c’est plus qu’une plongée dans l’univers des boutiques de robes de mariées, c’est un récit sur l’amour, les relations toxiques, les influences que les autres peuvent avoir sur nous, la manipulation, la confiance en l’autre, l’abandon et la recherche de soi.

Au début, j’ai trouvé ce livre plein de vices amusants, et plus on avance, plus l’histoire s’assombrit et donc plus ça devient intéressant sur le plan sociologique de ce livre. On s’intéresse de plus en plus à la relation en Lola et Raphaëlle, ces deux jeunes femmes que tout oppose mais que tout réunit, pour le bien ou le malheur de l’autre, des autres.

Un livre que je ferais lire à un ado à titre préventif sur le : c’est pas de l’amitié ça, c’est juste qu’il profite de toi.



” Et je me disais que la vie devait être incroyablement simple quand on n’avait pas les moyens techniques d’envisager la complexité du monde.”

“Je vais te confier un secret, celui de la fabrication artisanale d’un mensonge. C’est grâce à cette recette que je me suis toujours sortie des pires galères de ma vie. C’est pas sorcier en fin de compte. Tu choisis un solide morceaux de réalité ; tu l’ouvres et tu y greffes délicatement un détail. Ensuite, tu recouds et tu attends de voir si ça prend. Tu le laisses cicatriser dans ta tête et, sans t’en rendre compte, tu commences à l’oublier. Si la greffe est réussie, le mensonge devient un petit morceau de ton histoire. Un bon mensonge est un mensonge qu’on se raconte d’abord à soi. Et naturellement, un jour, dans une conversation, il ressort tout seul. Le mensonge a germé, il est mûr.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.